MENU

Être visible à vélo

15 octobre 2017 • Guides

cyclists-498404_960_720

Pourquoi s’assurer d’une bonne visibilité à vélo ?

Il est important d’avoir une bonne visibilité lorsque l’on roule à vélo comme il est tout aussi important d’être vu par les autres usagers ! Car un cycliste que l’on ne voit pas court un grand danger. C’est pourquoi l’éclairage est une partie de l’équipement de votre vélo à ne surtout pas négliger.

A-t-on besoin d’éclairage tout le temps ?

On pourrait penser que l’éclairage n’est nécessaire que la nuit car il fait sombre et qu’il n’y a pas toujours d’éclairage sur votre chemin. En réalité, vous pouvez très bien emprunter un tunnel en pleine journée, et personne n’est à l’abri du brouillard ou d’une grosse pluie. Il est donc plus prudent d’être équipé d’un bon système d’éclairage en toutes circonstances, de jour comme de nuit. Soyez surtout vigilants en hiver car vos trajets quotidiens risquent de s’effectuer lorsqu’il fait nuit puisque le soleil se lève tard et se couche tôt.

Que dit la loi ?

_rear-light-558166_960_720

La visibilité est si primordiale, voire vitale, pour un cycliste qu’elle fait l’objet d’une loi. Et selon cette réglementation, votre vélo doit être équipé d’un éclairage actif ainsi que d’un éclairage passif. Mais que veulent dire ces termes ?

Éclairage actif

L’éclairage actif est celui qui va vous permettre à la fois d’éclairer votre chemin et d’indiquer votre présence aux autres usagers. Il émet une lumière grâce à une source d’énergie et fonctionne donc par dynamo, pile ou batterie.

  • La loi exige un feu de position à l’avant du vélo qui émet une lumière blanche ou jaune. En plus d’éclairer votre passage, cet éclairage prévient les usagers qui arrivent en face, il doit donc être suffisamment puissant pour vous offrir une bonne visibilité mais ne doit en aucun cas éblouir les autres usagers. (Article R313-4)
  • Vous devez également être muni d’un feu de position à l’arrière de votre vélo. Celui-ci doit être de couleur rouge, comme pour les voitures. Il permet d’avertir les autres usagers de votre présence. Veillez à ce qu’il soit bien visible une fois que vous êtes sur votre vélo. (Article R131-5)

Comment choisir votre éclairage ? Suivez notre guide pour déterminer quel type, quelle puissance et quelle alimentation d’éclairage choisir selon vos besoins.

Éclairage passif

L’éclairage passif, lui, renvoie la lumière naturellement et ne nécessite aucune source d’énergie. Rétro-réfléchissant il offre une visibilité tout aussi efficace qu’un éclairage actif. En cas de panne, il prend alors le relais et assure la sécurité du cycliste. Ces deux types d’éclairages sont complémentaires et surtout nécessaires.catadioptre-de-roue-spanninga-homologue

Les catadioptres, ces plaques auto réfléchissantes de couleur orange, rouge ou blanche sont obligatoires. Une fois installés sur votre vélo, ils ne nécessitent aucune attention particulière et se font vite oublier. Pourtant, en reflétant les phares des autres véhicules, ils augmentent nettement la visibilité du cycliste et assurent ainsi sa sécurité. Très efficaces, les catadioptres sont un investissement, certes obligatoire, mais qui vaut le coup car ils sont légers, pratiques, peu encombrants, peu onéreux et très fiables.

  • La loi exige que vous équipiez l’avant de votre vélo d’un catadioptre blanc, en complément de votre éclairage actif. (Article R313-20)
  • De la même manière, un catadioptre rouge doit être placé à l’arrière pour accompagner votre feu arrière. (Article R313-18)
  • Vos roues et vos pédales doivent être équipées de catadioptres oranges. En pédalant, le mouvement de ces derniers va interpeller les autres usagers qui vont comprendre qu’il s’agit d’un vélo. (Article R313-20)

L’absence d’un ce des équipement entraînera une contravention de 1ère classe passible d’une amende forfaitaire d’un montant de 11 euros, majorée à 33 euros après le délais des 45 jours.

Optimiser sa visibilité avec des accessoires

_orange-1016132_960_720

Il existe tout un tas d’autres accessoires qui permettent d’optimiser votre visibilité. Par exemple, vous pouvez trouver des clips rétro–réfléchissants à fixer sur les rayons de votre vélo. Dans le même principe, vous pouvez recouvrir votre fourche, la tige de votre selle ou n’importe quelle autre partie de votre vélo avec du ruban adhésif rétro–réfléchissant. Il existe aussi, pour une pratique urbaine, les pneumatiques réfléchissants, équipés au préalable d’une bande rétro-réfléchissante sur leurs flancs. Michelin a également mis au point une bombe spray qui permet de rendre vos équipements ou votre vélo entièrement réfléchissant, sans les endommager.catadioptre-pour-rayons-wowow-set-av-ar-72

En plus de votre vélo, vous pouvez également vous équiper vous-même pour encore augmenter votre visibilité auprès des autres usagers. Vous pouvez évidemment opter pour le gilet rétro–réfléchissant qui depuis 2008, rappelons-le, est obligatoire lorsque vous roulez la nuit hors agglomération.

Beaucoup d’autres possibilités s’offrent à vous, voyez ce qui convient le mieux à votre pratique du vélo et à vos habitudes. Utilisez un couvre sac ou recouvrez de bandes réfléchissantes votre casque, autre allié de votre sécurité. Plus discrètement, un serre pantalon ou même des bouchons de cintre peuvent devenir vos alliés.

_

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

«